SANTE ET BIEN-ETRE

Comment bien s'alimenter en cas de pandémie - Blog d'Angélique

17/02/21
Comment bien s'alimenter en cas de pandémie - Blog d'Angélique

En cette période de pandémie et de confinement, il est important de bien s’alimenter.

Voici quelques idées nutritionnelles et micro-nutritionnelles pour vous guider

 

Pour soutenir le système de défense de l’organisme, limiter l’inflammation en cas de d’infection et éviter la prise de poids, il est utile de suivre certaines règles alimentaires.

Evitez  les aliments transformés, riches en céréales raffinées et/ou en sucre car ils créent une dysbiose et augmentent l’inflammation, perturbant donc l’efficacité du système immunitaire.

Aliments a éviter

Céréales du petit déjeuner, biscuits, gâteaux, plats préparés, pains de mie, desserts lactés, soupes prêtes à l’emploi, viandes panées…

Il faudra au contraire, miser sur : les végétaux frais, les protéines (animales ou végétales) de qualité, les huiles pression à froid, les aromates et les épices…

Augmenter la part des fruits

- Ils apportent des antioxydants qui protègent les cellules immunitaires

- Ils fournissent des fibres qui baissent l’inflammation et nourrissent le microbiote.

- Leur faible densité calorique en fait aussi un allié de choix pour limiter la prise de poids reliée au confinement et au manque d’activité physique.

- Et enfin, consommés crus, ils apportent de la vitamine C qui soutient le système immunitaire dans son ensemble.

Miser sur les aliments riches en probiotiques

En soutenant le microbiote, ils permettent de renforcer la résistance face aux infections. Peuvent donc être consommés chaque jour : des légumes lacto-fermentés (choucroute…), du kéfir de fruits, du kombucha, du miso, du tempeh…

Opter pour des féculents à IG bas : Il est donc nécessaire de privilégier les légumes racines (panais, patate douce, betteraves...), les légumineuses (lentilles, haricots secs, pois secs…), les céréales complètes (riz complet, quinoa, sarrasin, pain multi-céréales au levain…).

S’assurer d’un apport en protéines (animales et/ou végétales)

L’apport protéique doit être suffisant, c’est à dire au moins 1 gramme de protéines par kilo de poids corporel.

En cas d’infection avérée, il est possible de consommer jusqu’à 1,5 g de protéines par kilo de poids corporel.

L’idéal est de bien répartir les apports protéiques entre les différents repas de la journée, y compris le matin au petit déjeuner.

On retrouve des protéines dans les viandes, volailles, poissons, les œufs, le tofu, les oléagineux et les légumineuses :

- 100 g de viande, volaille ou poisson fournit environ 18-20 g de protéines.

- 100 g de tofu apporte 11-13 g de protéines

- 100 g de lentilles cuites environ 10 g

- 30 g d’amandes près de 7 g.

Vous avez le droit d'abuser des aromates

Boire tout au long de la journée

L’eau est la seule boisson indispensable. Elle peut aussi être consommée sous forme de THÉ VERT, riche en EGCG ou de thé noir riche en théaflavine, deux substances capables d’inhiber plusieurs familles de virus.

COMPLEMENTS ALIMENTAIRES         

   

1-      Des PROBIOTIQUES avant tout

Le microbiote est une des premières lignes de défense de l’organisme. Il lui faut :

- Des FIBRES prébiotiques

- Des souches microbiotiques spécifiques qui renforcent la résistance aux infections.

Le lien entre microbiote et santé pulmonaire a été mis en évidence dans de multiples études. Les souches les plus étudiées à ce jour sont les lactobacilles (L. RHAMNOSUS, casei, bulgaricus, plantarum, johnsonii), les bifidobactéries (animalis et lactis), le Streptococcus thermophilus et Saccharomyces cerevisiae boulardii.

 

2-      De la VITAMINE D3 immuno-modulatrice  

La vitamine D active est indispensable à l’immunité, elle aide l’organisme à combattre l’infection virale6.

Conseil : Au moins 800 UI par jour et jusqu’à 5000 UI de VITAMINE D3 (marine ou végétale).

3-      Du ZINC essentiel au système immunitaire

On sait désormais que la prise de zinc empêche la réplication de nombreux virus (HIV, papillomavirus, herpès, rhinovirus, coronavirus…).

Conseil : 15-30 mg de ZINC par jour (maximum pour ne pas diminuer le taux de cuivre, également indispensable à l’immunité), à prendre en dehors des repas, en préventif ou dès l’apparition des symptômes.

4-      De la VITAMINE C protectrice

Conseil : 1 à 2 g par jour en préventif et jusqu’à 5-10 g par jour dès les premiers symptômes (selon tolérance intestinale), à répartir dans la journée pour une meilleure efficacité.

5-      2 vitamines liposolubles : VITAMINE E et VITAMINE A

Conseil : 200 mg par jour de VITAMINE E, à prendre avec un repas fournissant des lipides de bonne qualité.

L’huile de foie de morue fournit non seulement de la vitamine D3, des acides gras à longues chaînes EPA, DHA) mais aussi de la vitamine A indispensable au bon fonctionnement immunitaire.

Conseil : 1 à 3 capsules par jour d’HUILE DE FOIE DE MORUE, réparties dans la journée au moment des repas.

6-      De la QUERCÉTINE prometteuse

Conseil : de 350 mg à 1400 mg par jour à répartir dans la journée. Les études montrent même qu’elle peut être prise jusqu’à 5000 mg par jour en toute sécurité16.

 

Plusieurs facteurs influent sur la capacité du système immunitaire à bien se défendre contre les attaques virales et bactériennes :

- S’assurer d’un sommeil réparateur,

- Limiter le stress du confinement, et s’assurer d’un bon statut en MAGNÉSIUM

- Humidifier l’air du logement

- Faire 30 minutes à 1 heure d’activité physique par jour (en intérieur et en extérieur)

- Stopper le tabac et le vapotage qui augmentent l’inflammation au niveau des poumons.

- S’assurer d’un bon équilibre des hormones thyroïdiennes quand il sera possible de faire des bilans sanguins.

 

 

 

 

 

Angélique, notre spécialiste en Fleurs de Bach, Aromathérapie et en Micro nutrition vous aide. N’hésitez pas à consulter notre site internet pour trouver le produit adapté à vos besoins.

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Conseil fleur de Bach ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

 

 

 

.